28
Ven, Fév

Pompeo appelle Pékin à libérer "immédiatement" les Ouïghours détenus dans des camps

Actualités
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a renouvelé mercredi son appel à la libération "immédiate" de tous les musulmans ouïghours détenus dans des "camps d'internement" en Chine, à l'occasion de la rencontre avec une "rescapée".

Le ministre s'est entretenu mardi à Washington avec Mihrigul Tursun, qui "a survécu à des conditions et à des abus horribles dans un camp d'internement chinois" dans la province du Xinjiang, dans l'ouest de la Chine, a rapporté le département d'Etat dans un communiqué.

Il a aussi rencontré trois autres membres de cette communauté, Gulchehra Hoja, Ferkat Jawdat et Arfat Erkin, "dont des proches sont détenus dans les camps ou ont été condamnés par les autorités chinoises", a-t-il ajouté.

Mike Pompeo a salué le "courage" de ces "rescapés" qui osent "dénoncer les abus de la Chine".

"Nous appelons le gouvernement chinois à libérer immédiatement les membres de leurs familles et toutes les autres personnes détenues arbitrairement dans ces camps", a déclaré Robert Palladino, porte-parole de la diplomatie américaine.

Selon le dernier rapport américain sur les droits humains dans le monde publié mi-mars, Pékin a "intensifié sa campagne de détention des membres des minorités musulmanes à des niveaux record".

"Plus d'un million d'Ouïghours, membres de l'ethnie kazakhe et d'autres musulmans" sont désormais "internés dans des camps de rééducation", estiment ses auteurs.

Le département d'Etat a affirmé qu'il s'agissait "d'un des problèmes les plus graves en matière de droits humains dans le monde aujourd'hui".

Pékin affirme de son côté que ces sites sont des centres de "formation professionnelle" qui aident les personnes susceptibles d'être attirées par l'extrémisme à se tenir à l'écart du terrorisme et à se réinsérer dans la société, dans une région en proie par le passé à des attentats attribués à des séparatistes ou à des islamistes ouïghours.

 

La source: lorientlejour.com