28
Ven, Fév

Une touriste Han au Xinjiang

Actualités
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Dans un climat où on parle de plus d'un million d'Ouïghours et d'autres turcophones détenus arbitrairement dans les camps, une étudiante Han a publié anonymement son compte rendu de l'intense «atmosphère de contrôle» dont elle a été témoin lors d'une tournée dans la région pendant la dernière fête nationale.

Cet article a été publié originellement en chinois le 23 février 2019 sur la plateforme Douban en Chine. Ce texte a été conservé et traduit par le site spécialisé en études chinoises China Digital Times (CDT). Pour voir la version chinoise : https://chinadigitaltimes.net/chinese/2019/02/%E8%B1%86%E7%93%A3-%E5%9C%A8%E6%96%B0%E7%96%86%E7%9A%84%E4%B8%80%E4%BA%9B%E8%AE%B0%E5%BD%95/

Pour accéder à la traduction anglaise : https://chinadigitaltimes.net/2019/03/translation-a-han-tourist-in-xinjiang/?fbclid=IwAR08htjveYWUcaGj4FcfaFX-eJFTwe8_JBPbgNSajmIHDfvLyVTC9pEIUI8

Dans la phase actuelle de  répression sécuritaire en cours dans le Xinjiang, qui a notamment fait l’utilisation controversée d’un réseau de camps de «rééducation» regroupant plus d’un million de personnes appartenant à l’ethnie ouïghoure et à d’autres musulmans turcophones, une étudiante Han a publié anonymement son compte rendu de l'intense «atmosphère de contrôle» dont elle a été témoin lors d'une tournée dans la région pendant la récente fête nationale. Le compte  de l’auteur, partagé sur la plateforme Douban, a été depuis rendu  privé, mais est archivé intégralement à sur le site CDT. CDT a traduit des extraits du post complet consacrés aux impressions générales des touristes sur Kashgar, aux interactions avec un agent de police han et à son expérience de conversation avec deux jeunes fonctionnaires ouïghours chargés de "maintenir la stabilité" dans leur région:

Contrôle de sécurité et sûreté

La première fois que j'ai été témoin des mesures de sécurité, c'était dans un petit hôtel près de l'aéroport d'Urumqi. Il y avait une porte de sécurité à l'entrée, avec une armure anti-émeute placée à côté. Au fur et à mesure que vous avancez, vous réalisez que ceci n’est qu’une simple formalité et que vous devrez vous habituer à de nombreux scénarios similaires. À la réception de l’hôtel, votre photo sera prise et sera assortie à votre carte d’identité. L'ami qui passait par la vérification avec moi a demandé si cela violait nos droits sur nos propres photos. L’homme à la réception a dit: ne vous posez pas de questions sur les droits photo, il n’y a même pas de droits humains. J'étais surprise et j'ai essayé de poser plus de questions, mais aucun membre du personnel ne semblait disposé à engager une conversation avec moi. Au lieu de cela, ils ont continué à discuter de sujets tels que «l’état paie trop peu de bonus pour les heures supplémentaires». Je pense qu'ils font référence au travail de maintenance de sécurité fondé sur des équipes de sécurité. Je n’ai pas pu comprendre leurs émotions [concernant ces sujets].

La première fois que j’ai fait l’objet d’un contrôle de sécurité, c’était au Grand bazar international à Urumqi. Il y avait deux files, l’une pour les touristes, l'autre pour les personnes  qui semblent obligé de donner  leur pièce d’identité. Je ne connaissais pas la différence en faisant la queue. Je me préparais à sortir ma carte d'identité jusqu'à ce que quelqu'un me fasse avancer. Ensuite, j'ai placé mon sac à dos sur la machine de sécurité (inutile d'entrer dans les détails de celui-ci). Ainsi, grâce à mon visage han, j'ai pu commencer mon voyage en tant que touriste insouciant.

Comparés au Grand Bazar où les habitants se rendent fréquemment, les vérifications des sacs sont quasiment inexistantes pour les touristes de la vieille ville de Kashgar et du village Hemu au lac Kanas. Je suis restée deux nuits dans des cabanes en bois dans les zones rurales du nord du Xinjiang. Presque toutes les cabines disposent d'une machine de sécurité et d'un ensemble d'armures anti-émeute. Le propriétaire de la cabine m'a dit qu'ils avaient dépensé 10 000 RMB pour installer la machine. Maintenant, il prend trop de place et semble être rapidement devenu une étagère pour divers déchets.

Une expérience plus directe m’est arrivée à Kashgar, où j'ai passé trois nuits dans une auberge de jeunesse de la vieille ville. Nous avons séjourné dans une zone touristique moins commerçante à l'ouest de North Jiefang Road, près de la mosquée Id Kah. Je dis que c’est moins commercial, car de nombreux bâtiments étaient en cours de reconstruction et de rénovation. En face de la rue se trouvait une école primaire et au coin de la rue se trouvent les locaux de l’auberge. Nous y sommes allés pendant les vacances de la fête nationale, presque toutes les familles avaient érigé un drapeau national. Les drapeaux rouges à cinq étoiles flottent de manière dense sur les bâtiments ethniques, diluant ainsi la saveur locale. Chaque fois que je levais mon téléphone, j'essayais de ne pas capturer les drapeaux.

Les entrées et les sorties de la vieille ville avaient toutes un équipement de sécurité permettant de vérifier l'identité des minorités ethniques. Il y avait des restrictions pour eux quant aux moments où ils peuvent aller et venir. Un soir vers 3 heures du matin, nous sommes revenus avec des amis à l'auberge, faisant du bruit dans la rue endormie. En passant par l’entrée, certaines personnes ont dit «bonne nuit» à la police en service. Je me suis soudainement senti un peu triste. Une autre fois, j’ai vu un garçon ouïghour portant une cagoule traverser rapidement l’entrée du touriste, évitant ainsi le contrôle d’identité.

Dans la rue devant notre auberge de jeunesse, tous les 10 mètres environ il y avait un policier portait une armure anti-émeute. On dit que la police auxiliaire et les forces de sécurité en ville, très bien placées, stimulent l'emploi pour beaucoup. Parfois dans la journée, j'ai vu un groupe de locaux en blouson orange marchant dans la rue avec de longues chauves-souris. Certains habitants m'ont dit qu'ils étaient propriétaires d'entreprises dans le quartier. Ils forment une équipe de sécurité et patrouillent tous les jours.

Ces installations dans la vieille ville de Kashgar sont une curiosité décevante, même pour les touristes. En essayant de cadrer une image, il fallait éviter avec prudence les personnes et les choses qui "gâchent l'ambiance" de l'architecture traditionnelle, bien que nombre de ces «ambiances» aient également été créées par l'homme, même les boîtiers de circuit portaient des ornements de couleur kaki. Mais à cette époque [fête nationale], les drapeaux et les banderoles étaient exceptionnellement brillants. […]

Et voici ma conversation la plus choquante au bord de la route. J'étais assise sur un banc, nouant mes lacets. Un policier han était assis à côté de moi. Il a entamé une conversation en me demandant pourquoi j'étais ici. J'ai dit sans réfléchir que j'étais ici pour le tourisme. La conversation a ensuite pris une tournure surprenante. Il a dit: «Je ne comprends pas pourquoi c’est un bon endroit pour le tourisme. Vous ne connaissez pas la situation ici? » J'ai expliqué en disant que l'architecture ici est intéressante. Il a dit: “Pensez-vous vraiment que l'architecture est jolie? Ce sont des bâtiments de style ouïghour. Nous sommes contre ça. " Puis il murmura une opinion digne d'être censurée. Je n’étais préparée à rien de tout cela. Il parlait à voix basse, avec un accent nordiste. Je n'ai pas compris tout ce qu'il disait. Alors j'ai posé quelques questions.

À ma grande surprise, ce policier han a soudainement commencé à m'interroger. "Tu n'es pas un espion, n'est-ce pas?" "Es-tu vraiment étudiante?" J'ai même dû lui montrer ma carte d'identité à sa demande. Il se mit à rire et dit: tu es née en 1994 et toujours à l'école? J'ai commencé à paniquer. Cela n’aide pas à le rassurer. Je l'ai ignoré et suis partie. Rentrée à mon auberge de jeunesse, je suis restée plongé dans la terreur et la culpabilité pendant une heure ou deux. C'était mon premier jour à Kashgar. Tout ce à quoi je pouvais penser alors était de quitter au plus vite cet endroit. "Pensez-vous vraiment que l'architecture est jolie?" En plus de savoir que j’ai fait une erreur et que j’ai pu créer des problèmes pour moi-même, cette question lancinante demeurait dans mon esprit. Cela m'a fait penser à mon intention. L'atmosphère de contrôle est limpide. Bien que je ne sache pas quel impact cela a eu sur les habitants, j'aurais pu imaginer à quoi cela doit ressembler de faire vérifier sa propre identité  chaque fois que vous essayez d'entrer ou de sortir d'un lieu. Ce qui était plus difficile à accepter, c’est d’utiliser cette méthode comme la  protection pour les touristes, afin que les touristes han puissent profiter librement des caractéristiques ethniques soigneusement rénovées. Je me sens mal quand je pense à la façon dont je me suis amusée à prendre des photos des ruelles pendant la journée. […]

Jeunes fonctionnaires

Enfin, je veux écrire sur les gens. Les histoires découlent avant tout de ce que j'ai vu et pensé. Je dois avouer que parfois je me laisse aller à mes propres émotions sensibles. Je vais donc faire de mon mieux pour écrire au sujet de ces deux amis ouïghours que j'ai rencontrés.

A est la jeune femme qui nous a fait visiter Kashgar. Elle est devenue fonctionnaire dans le secteur de l’économie managériale dans une commune sous la juridiction de Kashgar. Pour accueillir ses amis de la fac, elle a profité de ses jours de vacances pour nous conduire. B est le jeune homme ouïghour avec qui nous avons dîné avant de partir. Il travaille comme fonctionnaire dans un village ici. Il a entendu dire que nous arrivions à la dernière minute et ne pouvait pas s’absenter, mais il a passé un après-midi à retrouver deux personnes de Shanghai. A et B étaient les camarades de classe de [notre ami commun] Mu. L'année dernière, ils ont obtenu un diplôme en génie d'une université du district de Yangpu à Shanghai.

Contre toute attente, la première fois que j'ai rencontré un fonctionnaire de mon âge était en réalité au Xinjiang. C'était assez étrange de les entendre exposer le récit officiel dans leur mandarin légèrement accentué.

Leurs emplois sont très exigeants. Ils ont rarement des vacances. A m'a dit qu'elle était la seule minorité ethnique de son unité de travail. Son superviseur avait beaucoup d'estime pour elle et l'envoyait souvent aller à des conférences et faire des présentations à Kashgar. Nous avons demandé si elle utilisait la langue ouïghoure lors de ces réunions. Elle a dit, bien sûr, nous utilisons le mandarin. Cette jeune femme ouïgoure qui a passé quatre ans en Chine intérieure parle très bien le mandarin. En dépit de son accent, elle maîtrise très bien tous les idiomes. Parfois, je pense que son discours est en réalité plus efficace et précis que le mien. Elle est également douée dans sa capacité politique. Chaque lundi matin, elle organise la cérémonie de levée du drapeau sur son lieu de travail et fait une présentation en ouïghour et en mandarin. Elle me montre de manière vivante comment elle gère la désobéissance. Je pense avoir vu des méthodes similaires de la part de mes enseignants du primaire et du collège : "Hé, si tu aimes tant parler, pourquoi ne pas venir ici pour parler?"

J'ai appris plus tard que A avait été élevé dans une famille aisée. Comme son père, elle a aussi de grands rêves. Nous lui avons demandé si elle envisageait d’obtenir une maîtrise. Elle a dit qu'elle voulait obtenir une maîtrise en gestion à l’Ecole centrale du Parti. Moi-même, qui suis préoccupée principalement par le fait de manger et de boire, j’ai été choquée de l’entendre, mais ce n’était en fait pas surprenant. Peut-être que sa carrière a été fixée le jour où elle est retournée travailler à Kashgar.

A est une personne très compétente, comme l’a suggéré le CV qu’elle nous a décrit. Je n’ai pas osé  lui poser plus de questions sur son travail ou ses idéaux. J'avais le sentiment qu'elle avait déjà préparé ses réponses lorsqu'elle nous parlait.

Elle m'a laissé la plus profonde impression quand elle a parlé de relations. Le premier jour de notre rencontre, elle a déclaré avoir le sentiment qu'elle se marierait peut-être bientôt. En fait, elle vient de rompre avec son petit ami il y a deux mois. Elle a ajouté que cinq garçons ouïghours différents lui avaient demandé en mariage au cours de la dernière année. Parfois, elle revenait d’un long appel téléphonique et nous disait que le cadre des «post-80» qui la courtisait avait de nouveau appelé. Elle nous a montré la lettre d’amour du cadre sur WeChat. J'ai bien rigolé. C'était en mandarin, et pas du tout subtil. Pendant le dîner, elle dit tout à coup qu’elle se détestait d’être si rationnelle et calculatrice dans ses relations et que cela lui avait fait peur de se marier et qu’elle préférait parfois être seule. Je l’ai vue la regarder sérieusement sur son WeChat (ils discutent en mandarin) et je me suis dit qu’elle était une jeune femme très normale de mon âge. Peut-être que mon ami Mu irait vraiment à son mariage l'année prochaine.

B est un genre de personne complètement différent, un jeune homme très introverti et timide. Peu de temps après le dîner, il commença à décrire son travail quotidien en détail. C'est un fonctionnaire responsable du maintien de la stabilité dans un village. Je ne sais pas ce qu’il pense de son travail, mais je pense qu’il semble être destiné à cette voie, car il a décidé de retourner à Kashgar, tout comme A.

Ce dîner que nous avons eu avec lui m'a souvent amené au silence et m'a culpabilisée. Il a dit avoir vu sur WeChat que beaucoup de ses amis étaient partis à l'étranger et fréquentés des écoles supérieures. Mais il ne pouvait rester que dans un village. Je pense qu'il se souciait moins du contenu de son travail que de son statut d'être dans un village. Nous avons essayé de le réconforter en lui disant que s’il ne choisissait pas cet emploi, il ne serait pas marié et n’attendrait pas bientôt un bébé. Il y a six mois, B a épousé une de ses collègues, une jeune femme de Kashgar. Maintenant sa femme est enceinte. Il nous a montré sa photo de mariage, sa femme était très jolie. Il a dit que quand il s'est marié, il voulait voyager avec sa femme à Shanghai. Ils ont dépensé 2 000 RMB sur les billets mais ont dû annuler pour des raisons [non expliquées]. Maintenant qu’ils ont un bébé, ils n’ont plus le temps de voyager. Nous avons essayé de planifier pour lui et nous avons dit qu'ils pourraient peut-être emmener leur bébé à Shanghai dans quelques années.

A et lui ont répété à maintes reprises qu’ils espéraient qu’ils seraient moins occupés dans quelques années (un peu comme si ils attendaient l’avenir).

Le travail de B est la gouvernance locale au Xinjiang, comme ce que nous lisons souvent sur Internet. Il enseigne le Mandarin aux paysans le soir. Il a dit que beaucoup de gens ont du mal à trouver un emploi parce qu’ils ne parlent pas le mandarin et qu’ils prendraient facilement un mauvais tournant s’ils étaient au chômage. J'ai demandé comment il réagirait avec les paysans désobéissants. Il a dit qu’il effectuerait un travail idéologique, leur parlerait et les persuaderait. Ses collègues et lui sont soumis à une forte pression. Si quelqu'un de  leur secteur  fait une mauvaise action, toutes les personnes de leur unité de travail seront punies.

Je ne pouvais pas m'empêcher de me sentir triste pour lui. De toute façon, j’avais de mauvaises impressions sur le travail qu’il accomplissait avant même de le rencontrer. Après avoir appris à le connaître, cependant, je le vois comme un homme honnête, terre-à-terre, assidu dans son travail et qui le ferait avec la même attitude s'il accomplissait un autre travail. Je me demande si j'avais le droit de me sentir mal à propos des implications de son travail.

La famille de B est totalement différente de celle de A. Il a grandi dans un village. Il était l'un des meilleurs élèves de son collège et avait obtenu suffisamment de points pour entrer dans un lycée à Urumqi. Il a ensuite été accepté par l'une des meilleures universités de Shanghai. Il faut des dizaines d’heures de trajet en train entre ces deux villes: plus de 20 heures de Kashgar à Urumqi et plus de 40h d’Urumqi à Shanghai. Maintenant, il n’a plus à endurer ces voyages difficiles. J'ai entendu dire que lui et sa femme avaient dépensé 30 000 RMB et avaient pris des emprunts auprès d'Alipay pour acheter une voiture d'occasion.

Le dîner que nous avons eu dans l'un des restaurants les plus connus du Xinjiang a coûté près de 400 RMB. Nos deux amis ouïghours ont payé la note. Je pense que cela dépassait largement le budget normal de B.

Après le dîner d'adieu, A est retournée au travail en voiture. B a marché avec nous dans la principale rue touristique de la vieille ville de Kashgar. Il a dit qu'il venait rarement dans cette partie de la ville et qu'il était surpris par la prospérité. Il a également mentionné avoir vu quelque chose sur le développement du tourisme à Kashgar dans un magazine interne sur son lieu de travail. Avant de passer le point de contrôle pour les minorités ethniques, il a été arrêté, car il n'avait pas de carte d'identité locale de Kashgar. Il m'a ensuite dit qu'il conservait encore la carte d'identité de son hukou collectif à Shanghai. L’adresse à ce sujet était «XX école du XX arrondissement». Je lui ai demandé si cela lui avait causé des inconvénients. Il a dit qu'il espérait pouvoir le garder pour toujours. […]

LA SOURCE : blogs.mediapart.fr