09
Lun, Déc

Chine : les Ouïghours enfermés dès l’école

Actualités
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Séparés de leur famille, empêchés de parler leur langue, incités à dénoncer leurs propres parents… L’endoctrinement des mineurs est au cœur de la vaste entreprise d’acculturation des minorités mise en œuvre par Pékin dans la région du Xinjiang.

 

Des tourelles de contes de fées en guise de portail, des noms enchanteurs tels que «école de la Bienveillance» ou «crèche de la Gentillesse». Mais aussi des clôtures électriques de 10 000 volts, de la propagande diffusée par haut-parleurs et des postes de police dans la cour. Au Xinjiang, dans l’ouest de la Chine, le Parti communiste mène depuis deux ans une immense opération sans précédent d’acculturation et de lavage de cerveaux de centaines de milliers d’enfants ouïghours, une ethnie d’Asie centrale qui compte environ 10 millions de personnes.

A travers un système d’internat obligatoire dans le cadre de l’enseignement public, ils sont soumis dès la maternelle à un endoctrinement massif. Objectif revendiqué par Pékin : transformer une génération entière de jeunes musulmans en Hans, l’ethnie majoritaire du pays. «La Chine veut créer de parfaits petits Chinois, résume l’anthropologue Sabine Trebinjac, directrice de recherche au CNRS et spécialiste de la question ouïghoure. La séparation des familles a pour but d’éloigner les enfants de leur culture, et de renforcer l’ethnocide en cours.»

 
 

Depuis août 2016, et l’arrivée à la tête du Xinjiang de Chen Quanguo, un haut fonctionnaire auparavant en poste au Tibet, la répression des minorités ouïghoure, kazakhe, hui et kirghize a basculé dans le totalitarisme. L’immense région, un désert ponctué d’oasis et de hautes montagnes qui couvre un sixième de la surface de la Chine, est désormais soumise à une surveillance policière high-tech, avec caméras, vol des données biométriques, logiciels espions dans les téléphones et interdiction de voyager sans autorisation. Sous le prétexte de prévenir des émeutes - comme en 2009 - et après plusieurs attentats commis jusqu’en 2014 par des terroristes ouïghours, la population est harcelée jusque dans son intimité. Refuser de boire de l’alcool, porter une barbe, donner un prénom musulman à son bébé, avoir téléphoné à l’étranger peut suffire à être jeté en prison pour «extrémisme religieux». Voire condamné à mort, comme le géographe Tiyip Taspholat, président de l’Université du Xinjiang, accusé l’automne dernier de «nourrir un attachement secret pour sa culture».

A la détention classique, s’est ajoutée depuis 2017 une campagne d’enfermement extrajudiciaire menée à une échelle industrielle. Et le tout au nom du «maintien de la stabilité sociale» et de la «lutte antiterroriste». Au moins un million de citoyens issus des minorités locales, qu’ils soient pauvres, riches, paysans, universitaires, artistes, sportifs ou commerçants, musulmans, athées ou même chrétiens, ont été emmenés dans des camps «de rééducation» ultrasécurisés. Durant des mois, voire des années, entassés derrière de hauts murs et des cellules surpeuplées, hommes et femmes doivent réciter par cœur les «pensées» du Président, Xi Jinping, et travailler pour un salaire misérable sous peine de punition ou de torture«Les centres de formation professionnelle [autre nom des camps, ndlr] éliminent les pensées religieuses extrémistes de la tête des individus», se vante le régime.

Grâce à une longue enquête du chercheur allemand indépendant Adrian Zenz, publiée en juillet sur Political Risk, on a désormais la preuve que les enfants sont également victimes d’une politique d’enfermement. «Le lavage de cerveaux des enfants ouïghours s’inscrit dans un cadre comparable à celui des camps pour adultesaffirme Adrian Zenz à Libération. Dans certaines écoles, des enfants âgés de 8 mois ou d’1 an, dont les deux parents ont été internés, sont présents à temps complet, week-end compris. Et ce même s’ils ont de la famille qui peut s’occuper d’eux. Même les élèves qui ont encore leurs deux parents passent de plus en plus de temps à l’école, y entrant le lundi matin pour en sortir le vendredi soir, sans possibilité de voir leur famille.»

Preuves irréfutables d’un ethnocide

Il est extrêmement difficile d’obtenir des témoignages directs du Xinjiang, où les journalistes sont suivis par des policiers en civil qui les empêchent de s’approcher des habitants, des écoles ou des camps. Les messageries sont interdites ou censurées, les appels internationaux surveillés, la population est paralysée par la terreur de la répression. Mais les documents officiels, les appels d’offres, les fiches de renseignements familiaux, les statistiques ou les rapports internes d’écoles apportent des preuves irréfutables d’un ethnocide. L’article 4 de la Constitution chinoise est pourtant sans ambiguïté : «Chaque ethnie a le droit d’utiliser et développer sa propre langue et sa propre écriture, de conserver ou réformer ses us et coutumes.» L’article 36 garantit la «liberté de religion».

Après avoir nié leur existence durant des mois, Pékin justifie désormais les internements par les besoins de «déradicalisation» et d’«éducation» d’un peuple prétendument arriéré, dont la culture est réduite aux danses folkloriques. Et n’hésite pas à recourir aux mises en scène. Sur une vidéo tournée par la BBC en juin dans un «camp modèle», où les pensionnaires viennent prétendument de leur plein gré, on voit un homme assis à un pupitre d’écolier, un crayon à la main, apprendre le chinois. Selon Radio Free Asia, un site américain qui a une antenne en ouïghour, il s’agit d’Akber Ebeydulla, un chercheur qui parle couramment anglais et… mandarin. Selon la propagande, parents et enfants «étudient pour que leur vie familiale soit plus heureuse dans le futur» et «les enfants grandissent heureux sous la garde aimante du Parti et du gouvernement».

A LIRE AUSSI«Si je rentre, la mort ou la perpétuité m’attendent»

 

Dans la réalité, les élèves sont forcés de dénoncer «les pratiques extrémistes» de leur famille (faire la prière, ne pas manger durant le ramadan…) et sévèrement punis s’ils sont surpris à parler ouïghour, langue officielle du Xinjiang qui s’écrit en caractères arabes. On peut faire le parallèle avec le lavage de cerveaux mené sur les enfants inuits par les missionnaires du XXsiècle au Canada. Mais l’ampleur de la répression est sans commune mesure avec la situation nord-américaine.

Pris en charge comme orphelins par l’état

Pour pouvoir assurer des cours en mandarin, des enseignants sont recrutés dans toute la Chine. Rien que dans la préfecture de Kachgar, qui compte 5 millions d’habitants toutes ethnies confondues, 11 917 enseignants en mandarin, langue considérée comme «plus utile», ont été embauchés fin 2018, les critères principaux étant «aimer la patrie, soutenir l’orientation, les principes et les politiques du Parti».

Sur la photo d’un bâtiment scolaire, on peut lire de larges idéogrammes : «Etudie dur pour réaliser le rêve de la grande renaissance de la nation chinoise.» Il est impossible de savoir combien d’élèves sont accueillis dans les internats, désormais obligatoires dès le CM1. Selon Adrian Zenz, «plusieurs centaines de milliers d’enfants pourraient être concernés». L’organisation du système scolaire a été bouleversée en quelques mois. Ainsi, en avril 2018, ordre a été donné au comté de Yichang de transférer 2 000 élèves des zones rurales vers un pensionnat centralisé. Dans certains districts du sud du Xinjiang, le nombre d’enfants en crèche et à la maternelle a quadruplé, l’accroissement des effectifs étant douze fois plus important que la moyenne nationale. Pour accueillir ces enfants jour et nuit, de grands chantiers ont été lancés. En février 2017, alors que les images satellites montraient les camps d’internement pour adultes sortir de terre, le pouvoir ordonnait la construction de 4 387 écoles maternelles «bilingues» (comprendre non ouïghoures). L’objectif était alors d’accueillir 562 900 nouveaux élèves d’ici à 2020. Aujourd’hui, ils sont déjà 759 000. Cette brutale augmentation s’explique par la scolarité devenue obligatoire à partir de 3 ans (une exception en Chine), mais aussi par l’ampleur de l’internement des parents.

Ces enfants désignés comme «laissés pour compte» ou «en situation difficile», sont désormais pris en charge par l’Etat comme s’ils étaient orphelins. La Chine se targue d’avoir un système de valeurs morales supérieur à leurs parents et de leur proposer un avenir plus prometteur sous l’égide de la nation et du Parti communiste. «L’Ecole ensoleillée» de Hotan se félicite d’ailleurs que «beaucoup d’enfants» appellent leurs enseignantes «Maman». «L’objectif de Pékin est de contraindre les enfants à renier leur propre identité. Certains oublient même leur langue maternelle», déplore le poète et linguiste ouïghour Abduweli Ayup, réfugié en Norvège après avoir été détenu en 2013 pour avoir ouvert une école trilingue ouïghour-anglais-mandarin.

A LIRE AUSSIAu Xinjiang, un lent et silencieux «génocide culturel»

Cette séparation intergénérationnelle dépasse les frontières. De nombreux Ouïghours vivent à l’étranger. Beaucoup de parents ont dû fuir le pays sans pouvoir emmener leur progéniture, et les enfants exilés ont souvent des parents internés au Xinjiang. Certains mineurs, envoyés étudier à l’étranger en 2017, se retrouvent isolés.

«Si tu aimes ton mari, tu n’aimes pas le Parti»

 

Abduweli Ayup raconte qu’un de ses amis s’est cru assez protégé par son poste de cadre supérieur dans la fonction publique pour pouvoir partir l’été dernier en vacances en Turquie, «un pays à risque» aux yeux des autorités car musulman. La police a débarqué chez sa femme, l’a menacée de l’enfermer si elle ne coupait pas les ponts avec lui : «Si tu aimes ton mari, tu n’aimes pas le Parti.» Il a été contraint à divorcer par messagerie et n’a depuis plus aucune nouvelle de son épouse ni de ses filles de 9 et 14 ans. Harcelés jusqu’en France, en Belgique ou au Canada par les autorités chinoises, les Ouïghours craignent de témoigner publiquement des persécutions subies par leurs proches au Xinjiang.

L’an dernier, le journaliste américain Shohret Hoshur, qui écrit sur le Xinjiang, nous avait dressé la liste de ses 11 frères, sœur, conjoint, nièces et neveux emprisonnés, et celle des enfants laissés sans protection. Le docteur en optimisation mathématique Gene Bunin a créé une base de données baptisée «Xinjiang Victims Database». «Elle recueille des informations au sein de la diaspora sur les victimes de la répression actuelle du Xinjiang, précise ce chercheur russe, qui a vécu cinq ans dans la région. Elle peut servir de document analytique pour les journalistes ou les spécialistes. Mais elle a surtout pour objectif d’inciter les Ouïghours à parler, car beaucoup d’entre eux ont peur que leurs proches restés au Xinjiang en subissent les conséquences.»

Plus de 5 000 témoignages récoltés à travers «des vidéos, les réseaux sociaux ou des copies de documents officiels» sont disponibles sur la plateforme. Des exilés scrutent les vidéos de propagande diffusées par la Chine dans l’espoir d’y apercevoir les leurs. Dans un reportage de Vice News publié en juin, une Ouïghoure ayant fui à Istanbul reconnaît sa petite fille au milieu d’une dizaine d’enfants attablés et rieurs, dans ce qu’elle soupçonne être un orphelinat d’Etat. Cet endoctrinement de masse se double d’une colonisation à marche forcée. L’objectif affiché est d’arriver à une proportion de 70% de Hans en 2025, contre environ 45% aujourd’hui. Ils étaient 6% en 1949, quand les troupes maoïstes se sont emparées du territoire.

«Naissances de basse qualité»

L’Etat compte sur la baisse de la natalité générée par la séparation des couples pour accélérer la sinisation du Xinjiang. Par ailleurs, le régime d’exception qui permettait aux minorités du Xinjiang d’avoir des familles nombreuses a été supprimé en 2017 et des politiques de planning familial ont été instaurées pour éliminer ce que les fonctionnaires du Parti appellent «les naissances de basse qualité». Parallèlement, les mariages interethniques avec au moins un «Chinois de souche» sont encouragés, parfois rémunérés. Des clips diffusés en Chine mettent en scène des jeunes filles ouïghoures en costume traditionnel dans un décor bucolique, vantées comme les épouses idéales pour les nombreux Hans célibataires de l’Est. Cette politique d’assimilation d’un peuple entier est extrêmement coûteuse : Shohrat Zakir, chef adjoint du Parti communiste chinois (PCC) au Xinjiang, a révélé que le gouvernement central a transféré 210 milliards d’euros à la région entre 2012 et 2018. Elle permet au PCC de diluer la culture ouïghoure et d’éradiquer toute velléité d’indépendance des minorités. Mais elle lui laisse aussi les mains libres pour exploiter les immenses réserves de pétrole, gaz et minéraux du sous-sol du Xinjiang, placé stratégiquement à la frontière de huit pays et pièce maîtresse du projet pharaonique des Nouvelles Routes de la soie.

Laurence Defranoux Valentin Cebron

 

La source:: liberation.fr