22
Mar, Sep

La fille d'Ilham Tohti, Jewher Ilham, reçoit le Prix Sakharov 2019 en son nom

Actualités
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Ce mercredi, la fille d'Ilham Tohti a reçu le Prix Sakharov pour la liberté de l'esprit 2019 au nom de son père emprisonné en Chine.

 

Ilham Tohti, universitaire ouïghour et fervent défenseur des droits de la minorité musulmane ouïghoure de Chine, condamné à perpétuité en 2014 pour séparatisme, n’a pu être présent à Strasbourg ce mercredi. ‘‘Ilham Tohti, grâce à son travail, a réussi à donner une voix aux Ouïghours. Il œuvre depuis 20 ans pour promouvoir le dialogue et la compréhension mutuelle entre sa communauté et les autres Chinois’’, a déclaré le Président du Parlement, David Sassoli.

‘‘Aujourd'hui devrait être un moment de joie et de célébration de la liberté d'expression, mais malheureusement, c'est un jour triste. Encore une fois, cette chaise est vide, car dans le monde dans lequel nous vivons, exercer notre liberté d’esprit ne signifie pas toujours être libre.’’

Jewher Ilham, recevant le prix au nom de son père, en présence des autres finalistes, a déclaré: ‘‘C'est un honneur d'être reçue au Parlement européen aujourd'hui et d'accepter le Prix Sakharov en son nom. Je suis reconnaissante d’avoir l’occasion de raconter son histoire, car il ne peut pas la raconter lui-même. Pour être honnête avec vous, je ne sais pas où est mon père. C’est en 2017 que ma famille a reçu de ses nouvelles pour la dernière fois.’’

‘‘Aujourd'hui, la liberté n’existe pas pour les Ouïghours en Chine, ni à l'école, ni en public, ni même à la maison. Mon père, comme la plupart des Ouïghours, a été qualifié d'extrémiste violent et est considéré comme un malade devant être guéri et dont l’esprit doit être lavé, a déclaré Mme Ilham. C'est sous cette fausse étiquette d'extrémisme que le gouvernement emprisonne un million (probablement plus) de personnes dans des ‘‘camps de concentration’’ dans lesquels les Ouïghours sont contraints d'abandonner leur religion, leur langue et leur culture et dans lesquels les gens sont torturés et certains déjà morts.’’

Depuis avril 2017, plus d'un million d'Ouïghours ont été détenus dans un réseau de camps d'internement. Ils y sont forcés de renoncer à leur identité ethnique et à leurs croyances religieuses et de jurer fidélité au gouvernement chinois.

Jewher Ilham demande des actions concrètes pour soutenir le combat de son père et a posé la question suivante à aux députés: ‘‘La façon dont le gouvernement chinois traite les Ouïghours est-elle problématique selon vous ? Si vous pensez que oui, s’il vous plait, travaillez à une solution!’’

Le Président Sassoli a appelé à la libération immédiate et inconditionnelle d'Ilham Tohti et à la libération "des nombreux autres lauréats du Prix Sakharov actuellement en prison et qui sont persécutés pour avoir défendu les droits de l'homme et les libertés fondamentales.’’

Jeudi 19 décembre 2019, les députés européens ont aussi voté une résolution appelant à la libération immédiate d'Ilham Tohti et des prisonniers ouïghours.


Qui est Ilham Tohti ?

Ilham Tohti est partisan du dialogue et de la mise en œuvre des lois sur l'autonomie régionale en Chine. En 2014, accusé de séparatisme, il a été condamné à la prison à perpétuité. Malgré cela, il reste une voix de modération et de réconciliation.

 

Les finalistes

Plusieurs défenseurs des droits de l'homme brésiliens et un groupe d'étudiantes kenyanes étaient également finalistes du Prix Sakharov 2019. Ces derniers étaient présents ou représentés lors de la cérémonie.

Découvrez-les en cliquant ici.

Le Prix Sakharov: honorer les défenseurs des droits de l'Homme

Le Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit est décerné chaque année par le Parlement européen. Il a été créé en 1988 pour honorer des personnalités collectives ou individuelles qui s’efforcent de défendre les droits de l’homme et les libertés fondamentales.

Le Prix Sakharov 2018 a été remis au réalisateur ukrainien Oleg Sentsov.