Sidebar

04
Sam, Déc
0 New Articles

La Chine a annoncé, lundi, des sanctions contre dix Européens, dont des parlementaires et des universitaires, et contre quatre organisations, en représailles à des sanctions de Bruxelles pour la répression de Pékin à l'encontre de la minorité musulmane des Ouïghours.

La réponse ne s'est pas fait attendre. La Chine a répliqué à l'Union européenne en décidant, lundi 22 mars, de prendre des sanctions contre quatre entités et dix responsables européens, interdits de séjour en Chine continentale, à Hong Kong et à Macao et de faire des affaires avec le pays.

Cette annonce fait suite à des sanctions de l'UE contre quatre responsables chinois de la région chinoise du Xinjiang pour les violations des droits des Ouïghours. Il s'agit des premières sanctions européennes contre la Chine depuis un embargo sur les armes décrété en 1989 après la répression du mouvement démocratique de la place Tiananmen.

"Cette décision, qui ne repose sur rien d'autre que des mensonges et de la désinformation, ignore et déforme les faits", a annoncé le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué, ajoutant qu'il s'agissait d'une ingérence "grossière" dans ses affaires intérieures.

La Chine "s'oppose fermement et condamne vivement" les sanctions européennes, a indiqué lundi le ministère des Affaires étrangères, ajoutant que ses propres sanctions viseraient les citoyens européens ainsi que leurs familles, leur interdisant d'entrer en Chine continentale, à Hong Kong et Macau. Ces derniers "et les entreprises et institutions qui leur sont associées ont également l'interdiction de faire des affaires avec la Chine", a ajouté le ministère.

 

Le Français Raphaël Glucksmann parmi les personnes visées

Parmi les dix personnes visées figurent notamment les eurodéputés français Raphaël Glucksmann et allemand Reinhard Bütikofer, président de la Délégation pour les relations avec la Chine du Parlement européen, ou encore le chercheur allemand Adrian Zenz, dont les rapports sur le sort des Ouïghours dans la province du Xinjiang ont suscité de vives remontrances de Pékin.

Le Comité politique et de sécurité du Conseil de l'Union européenne et le Sous-comité aux droits humains du Parlement européen font partie des quatre organismes visés par les sanctions chinoises.

Les défenseurs des droits estiment que plus d'un million de Ouïghours et d'autres minorités majoritairement musulmanes sont ou ont été détenus dans des camps dans cette région du nord-ouest, où la Chine est aussi accusée d'avoir stérilisé de force des femmes et imposé des travaux forcés.

"Graves atteintes aux droits de l'Homme"

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

De leur côté, les sanctions européennes — interdictions de visas et gels d'avoirs — sont motivées par le traitement des membres de la minorité musulmane ouïghoure dans le Xinjiang, territoire autonome du nord-ouest de la Chine.

Elles visent notamment le directeur du Bureau de la sécurité publique du Xinjiang, Chen Mingguo, accusé de "graves atteintes aux droits de l'Homme", de "détentions arbitraires et traitements dégradants infligés aux Ouïghours et aux membres d'autres minorités ethniques musulmanes, ainsi que d'atteintes systématiques à leur liberté religieuse".

Sont également concernés l'ancien responsable de cette province, Zhu Hailun, deux hauts responsables chinois, Wang Mingshan et Wang Junzheng, ainsi que le Bureau de la sécurité publique du Corps de production et de construction du Xinjiang.

Avec AFP et Reuters

 

La source: France24

Emmanuel Macron a affirmé, dans un courrier adressé à un parlementaire, que la répression contre la minorité musulmane ouïghoure en Chine était «inacceptable» et que la France la condamnait «avec la plus grande fermeté». En réponse à une lettre qui lui a été adressée en juillet par le député ex-LREM Aurélien Taché et cosignée par une trentaine de parlementaires, le chef de l'État affirme que «chaque occasion est utilisée dans nos contacts bilatéraux avec les autorités chinoises pour les appeler à mettre fin aux détentions dans des camps au Xinjiang», dans le nord-ouest de la Chine.

Il précise avoir examiné «avec la plus grande attention» les témoignages et documents «portant sur les camps d'internement, les détentions massives, les disparitions, le travail forcé, les stérilisations forcées, la destruction du patrimoine ouïghour et en particulier les lieux de cultes, la surveillance de la population et plus globalement de tout le système répressif mis en place dans cette région». «Toutes ces pratiques sont inacceptables car elles vont contre les principes universels inscrits dans les conventions internationales relatives aux droits de l'Homme, et nous les condamnons avec la plus grande fermeté», écrit Emmanuel Macron dans cette lettre datée du 6 septembre et rendue publique par Aurélien Taché. «Je tiens à vous assurer que nous resterons pleinement mobilisés sur la situation des Ouïghours», assure-t-il, en détaillant les initiatives prises par Paris au niveau international, notamment «dans les enceintes de l'ONU».

 

Fin juillet, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait proposé qu'une «mission internationale émanant d'observateurs indépendants», «sous la houlette» de la Haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, se rende au Xinjiang pour enquêter sur la situation de la minorité musulmane ouïghoure. Dans leur courrier, Aurélien Taché et ses collègues avaient appelé Emmanuel Macron à «agir pour que la Chine soit traduite devant la Cour pénale internationale pour crime contre l'Humanité». Les Ouïghours constituent le principal groupe ethnique du Xinjiang, une immense région de la Chine qui a notamment des frontières communes avec l'Afghanistan et le Pakistan. Régulièrement frappée par des attentats meurtriers, attribués par Pékin à des séparatistes ou des islamistes ouïghours, elle est sous haute surveillance policière.

 

la source: https://www.lefigaro.fr/flash-actu/emmanuel-macron-juge-inacceptable-la-repression-contre-les-ouighours-20200907?fbclid=IwAR2vd3D53q6OfjlkNy7QVpClSPQ6D3wJtkEDgkg3mBWSTLk35z3EI-81by4

 

La France et l’Europe ne peuvent plus détourner le regard sur les persécutions, arrestations, viols, travaux forcés, stérilisations forcées que subissent la communauté musulmane Ouïghoure depuis des années en Chine dans la province du Xinjang !
En gardant le silence, nous nous rendrions complices des exactions contre les #Ouighours qui constituent un crime contre l’humanité !

J’ai interrogé cet après-midi Jean-Yves Le Drian devant la représentation nationale https://static.xx.fbcdn.net/images/emoji.php/v9/t92/1/16/2935.png");">⤵️
https://static.xx.fbcdn.net/images/emoji.php/v9/tfb/1/16/1f5e3.png");">🗣 "Il s'agit bien d'une entreprise organisée et institutionnalisée d'éradication d'une population. Nous sommes face à un crime contre l'humanité".
Cc Écologie Démocratie Solidarité - Groupe parlementaire
#QAG #DirectAN

La loi ouïghoure sur les droits de l'homme 2020 (Ouïghour Act) a eu un succès absolu au Congrès américain.

Le nombre total de votes était de 431, et le projet de loi a été approuvé par 413 voix contre 1. Parmi eux, les républicains ont voté 180 pour, les démocrates 231 pour et 18 se sont abstenus.

Cet act 2019 a été approuvé par la Chambre des représentants le 3 décembre de l'année dernière avec 407 voix contre 1.

Il lui manque seulement la signature du Président Donald Trump.

Félicitations aux Ouïghours, y compris nos compatriotes kazakhs et kirghizes !

 

Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate
11 janvier 2020
Association des Ouïghours de France
http://www.ouighour.org
Tel: +33(0)1 88 33 44 01
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

WhatsApp Image 2020 01 11 at 23.13.59ENGLISH TRANSLATION AT THE BOTTOM

L’Association des Ouïghours de France a été attristée et profondément déçue par l'annulation de son intervention à la conférence «JUSTICE FOREVER, LIBERTY FOREVER! Agis en faveur du multiculturalisme pour un monde plus juste! ». L'événement, organisé par COJEP International, aura lieu le 16 janvier 2020 à l'UNESCO (Salle XI), Paris, avec la participation d'autres ONG sous les auspices de l'UNESCO.

Les Ouïghours vivent en Asie centrale et ont une culture riche, longue et unique. L’Association des Ouïghours de France était ravie d'être invitée et heureuse d'avoir l'opportunité de présenter la culture ouïghoure dans les locaux de l'organisation mandatée par les nations du monde pour protéger et promouvoir les cultures de chaque nation et de chaque peuple dans le monde. Malheureusement, il semble que la réalité ne corresponde pas à la noble rhétorique.

Le vendredi 10 janvier 2020 au soir, une semaine avant l'événement, l’Association des Ouïghours de France a été informée qu'en raison des pressions du gouvernement chinois sur l'UNESCO, l'organisateur a dû annuler l'intervention de notre association. Étant donné que le thème de l'événement est de protéger les cultures et de défendre la justice, ne pas autoriser la représentation d’une culture en danger de disparition est une triste ironie. L'événement est une réunion à petite échelle avec des représentants d'ONG comme principaux participants, l'ingérence autoritaire du gouvernement chinois est hors de proportion et absolument grotesque.

L’Association des Ouïghours de France demande à l'UNESCO une explication complète et légitime de l'annulation.

 

UNESCO cancels Uyghur intervention under Chinese pressure

Press Release – For immediate release
11 January 2020
Uyghur French Association
http://www.ouighour.org
Tel: +33(0)1 88 33 44 01
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

The Uyghur French Association was saddened and deeply disappointed by the cancellation of its intervention at the “JUSTICE FOREVER, LIBERTY FOREVER! Take action for multiculturalism for a more just world!” conference. The event, organized by COJEP International, is to take place on January 16, 2020 at UNESCO (Room XI), Paris, with other NGOs under the auspices of UNESCO.

Uyghurs live in Central Asia and enjoy a rich and distinguished culture of long history. The Uyghur French Association was thrilled to be invited and happy to have the opportunity to showcase Uyghur culture on the premises of the organization which is mandated by the nations of the world to protect and promote cultures of every nation and every people in the world. Unfortunately, it seems that the reality does not match the noble rhetoric.

On Friday evening, January 10, 2020, one week before the event, the Uyghur French Association was informed that due to pressure from the Chinese government on UNESCO, the organizer had to cancel the intervention of the Association. Given that that the theme of the event is to protect cultures and defend justice, not allowing the representatives of the very culture in danger of disappearance is a sad irony. The event is a small-scale meeting with NGO representatives as main participants, the high-handed interference of the Chinese government is out of proportion and absolutely preposterous.

The Uyghur French Association demands a full and legitimate explanation from UNESCO for the cancellation.

Photo Sadak Souici. Le Pictorium pour Libération

Colis étranges, coups de téléphone anonymes… Partout à travers le monde, les membres de cette minorité musulmane du Xinjiang sont surveillés et intimidés par le régime chinois, qui a déjà enfermé au moins un million de personnes dans des camps.

La source: https://www.liberation.fr/planete/2019/11/03/en-france-les-ouighours-suivis-a-la-trace_1761381

Plus d'articles...